Aviateurs alliés passés par Comète via les Pyrénées


N° 033
Section A

Individu

Nom/Matricule : Joseph "Joe" Thomas PACK / 1375376
Adresse : Victorville, Egerton, Ashford, Kent
Naissance/Décès :1918 / été 2005
Unité : RAF Bomber Command 35 Squadron
Grade : Sgt
Fonction : Pilote
Zone d'atterrissage : A Molenbeersel à quelques centaines de mètres de son avion.

Joseph Pack sur ses faux papiers français de Comète en 1942

Avion

Type : Handley Page Halifax Mk II
N° série : W7701
Immatriculation/Nom : TL-U
Abattu : la nuit du 08 au 09 juin 1942 lors d'une mission sur Essen, par un chasseur
Localisation : écrasé à 01:50 hr le 09 juin à Molenbeersel en Limbourg belge.

Handley Page Halifax

Action de Comète

Réception : ligne JAM
Interrogatoire : Dr GROENEN
Hébergeurs : RITSCHDORFF, LEBLOIS, EVRARD, COACHE, DE JONGH, SAN VICENTE, ARACAMA
Guides nationaux : MOORS, GRANDJEAN, DEPRETER
Guide international : DUMONT, DE JONGH
Durée 6½ semaines
Passage des Pyrénées : le 02 août 1942

Informations complémentaires :

Rapport d'évasion SPG 817 (annexe C) et recherches de son fils, Jeffrey Pack.
Peu après son atterrissage en terrain marécageux, il cache son équipement et court et marche vers le Sud-Ouest jusque 05 heures et demi. Il dort la journée du 09 et poursuit sa route de nuit. Il est trouvé par Albert BIDELOT qui part chercher des vêtements et entretemps caché par des fermiers nommés NIJSKENS près de Maaseik (à Neeroeteren), qui les signalent à la résistance. Il est amené à une maison à quelque distance à Ophoven chez HILVEN, par G. GROSERMAN et HILVEN. L'après-midi du 10, une femme d'environ 25 ans lui apporte des vêtements. Un homme qui se prétend des services secrets (Mathieu TRAS-NYS) vient le voir l'après-midi. Elle revient avec son fiancé et un troisième vélo vers 19 heures. Il roule avec l'homme, la femme les suivant à distance.
Ils arrivent à un moulin, qui est celui de Gertrude MOORS, à Dilsen. Ils attendent un docteur (probablement le Dr Michel GROENEN comme pour Baveystock en fiche A020), qui est supposé l'amener en voiture en Suisse. Sa femme est anglaise (en fait, Belge, mais Ida Titta BEMELMANS est née à Ceylan) et il parle cette langue. Pack subit donc son interrogatoire, qui se termine le 11 à 01 heure. La propriétaire, dont le mari est avec l'armée Belge en Ecosse (Gertrude MOORS avait en effet un demi-frère aux FBGB), l'emmène en tram le 12 juin à 04 heures et demi et arrivent à Liège à 10 heures et demi. Durant le trajet, deux hommes le cachent des autres voyageurs. Devant une église à Liège (Saint-Barthélémy), il est remis à un homme âgé qui était salué par tous les policiers de Liège (Louis RADEMECKER). Il le conduit en tram chez Jenny et Mathilde RITSCHDORFF au 30 Rue de Waroux, qui l'hébergent environ dix jours (une semaine tout au plus) et lui procurent d'autres vêtements. Une dame anglaise lui remet des livres en anglais (Mme DOCTEUR-LINDEMANN, une Américaine mariée à un Belge).
Le 20 juin, un ex-officier belge (Paul SCHOENMAECKERS ?) le conduit en tram à Louvain, où un jeune homme le prend encore en tram jusque Bruxelles dans son appartement, au ministère de la Justice. Le dossier ARA de Léopold EVRARD dit "fut hébergé de cette date [10 juin] par Mlles RITSCHDORF de Liège. Le 19 juin 42, Pierre DEPRETER le prenait en charge, le remettait à Henri VAN STEENBEEK à Louvain. Celui-ci le ramenait à Bruxelles, où il le plaçait chez LEBLOIS pour un jour. Le 21 juin 42, il était placé chez EVRARD où il restait jusqu'à son départ". (Pack aurait pourtant été un des 12 aviateurs conduits par Thérèse GRANDJEAN de Liège chez les DE GROEVE au 773 chaussée de Gand à Bruxelles). Là, des photographies sont prises et le père de ce jeune homme l'emmène à environ 20 Km hors de la capitale, chez Roger et Stéphanie LEBLOIS à Hoeilaart. Cette dernière est secrétaire au Ministère de la Justice, et Roger élève des chevaux. Le lendemain, ils sont conduits dans une conciergerie du Palais de Justice, sous la tour d'Assises. Leur guide est Pierre DEPRETER et ses logeurs sont Léopold EVRARD et Marie RIOCROS, du 4 Place Poelaert. Là, il passe souvent chez une autre famille par des passages souterrains du palais, qui doit être celle de Henri VAN STEENBEEK.
Le 1er juillet, un ex-officier et chef d'une organisation le conduit Louvain avec Evans (fiche A029) et un P/Off qui fut fait prisonnier en Espagne (c'est Watson, fiche A032). Comète préférait monter à Louvain pour éviter les contrôles de plus en plus sévères aux entrées des gares bruxelloises. Ils prennent le train de Paris avec Andrée "Nadine" DUMONT. Il y eut des incidents à la frontière avec Watson qui répondait de travers aux questions des douaniers, mais "Nadine" les fit tous passer pour des sourds-muets. Ils vont à l'hôtel du Luxembourg au quartier latin.
A Paris, Pack demeure deux semaines chez les COACHE à Asnières (fiche B033) avec deux soldats écossais (Goldie et MacFarlane, fiches fiche A040 et fiche A036) et deux autres semaines chez "M. ANDRE", le père de "Didi", probablement à St-Maur.
Il quittera Paris le 30 juillet, avec Norfolk (fiche A035), Wright (fiche A034) et William McFarlane (fiche A036) depuis la gare d'Austerlitz. Leur guide était "Dédée" et ils occupèrent des compartiments réservés aux Allemands. "Bee" Johnson (fiche B037) et Tante Go les rejoignent en route. A Saint-Jean-de-Luz, ils sortent par la porte des toilettes qui donne sur la rue, pour éviter les contrôles et vont chez Ambrosio SAN VICENTE.
Après la traversée de la Bidassoa, ils demeurent deux nuits à San Sebastian (chez Bernardo ARACAMA) et seront conduits par la voiture de l'ambassade à Madrid. Là, ils logent dans des cabanes de bois qui abritaient parfois soixante "locataires". Pack part en train pour Gibraltar, d'où il envoie un télégramme à sa famille le 13 août. Il a l'occasion de faire un vol local à Gibraltar en hydravion Sunderland. Il retourne en Angleterre le 19 août sur un destroyer qui protège un convoi très lent. Il arrive à Londonderry le 25 août et est débriefé au MI-9 à Londres le 26.

mot de remerciement


Retour à la liste des personnes évacuées

© Comète Kinship Belgium