Aviateurs alliés passés par Comète via les Pyrénées


N° 029
Section A

Individu

Nom/Matricule : Bernard "Bunny" F. EVANS / 755262 et R-78161
Adresse : 29 Dorothy Crescent, Worcester
Naissance/Décès :
Unité : RAF 15 OTU
Grade : Fl/Sgt
Fonction : mitrailleur arrière
Zone d'atterrissage : Mont-sur-Marchienne, Hainaut

Avion

Type : Vickers Wellington Mk Ic
N° série : R1791
Immatriculation/Nom : SM-R
Abattu : la nuit du 30 au 31 mai 1942 lors d'une mission sur Cologne, abattu par un chasseur allemand (Ltn Helmut Niklas – 6./NJG 1)
Localisation : écrasé près de Marchienne (Hainaut)

Vickers Wellington

Action de Comète

Réception :
Interrogatoire :
Hébergeurs : BAUDE et SPINEAUX, DUBOIS, de JAMBLINNE, SAN VICENTE
Guides nationaux : POREYE, PETIT, NICOLAS et LAURENT
Guide international : DUMONT
Durée : 7 semaines
Passage des Pyrénées : le 21 juillet 1942

Informations complémentaires :

Rapport d'évasion SPG 809 (incomplet)
Au retour de la mission, un chasseur allemand attaque subitement l'appareil et ses rafales détruisent la tourelle arrière. L'intercom et la radio sont hors d'usage et les tirs ultérieurs de Niklas mettent le feu au moteur et à l'aile gauches. L'opérateur radar à bord de l'avion allemand rapporte avoir vu le Wellington exploser juste au-dessus d'une maison à Montigny-le-Tilleul.
Bernard Evans atterrit dans un prunier à Mont-sur-Marchiennes. Il court en remontant une rue menant au cimetière et se cache entre les tombes avant d’être pris en charge par des membres de la Résistance. Son pilote, le Sgt Dennis John Paul, blessé, est soigné dans un hôpital de Charleroi. C’est durant son séjour à l’hôpital qu’un dimanche après-midi, une dame, Madame Ruby Dondeyne, parlant anglais, lui remet une note écrite sur du papier à cigarette : "Baled out – am in good hands. Bunny" ("Sauté en parachute – suis en bonnes mains – Bunny"). Le Sgt Paul sera par la suite interné en Allemagne dans les camps 9C/Luft 1/Luft 6 et Luft 4, n° 39731. Sa DFM passe à la Gazette le 09 mai 41. Le W/Off Stanley M. Green, observateur, le Fl/Sgt Thomas L. Lyons, opérateur radio/mitrailleur et le Sgt James McCormack, 2ème radio/mitrailleur sont tués. Ils reposent au cimetière communal de Charleroi.
Le 02 juin, Mme Rose Bault (BAUDE) vient chercher Evans à Marcinelle pour le conduire à Charleroi chez un marchand de meubles qui le nourrit. Il dort chez les BAUDE au 51 Rue de Marchiennes à Charleroi. Le 03, il est conduit chez Mme SPINEAUX qui l'héberge 18 jours. Elle lui achète des vêtements, des chaussures et un imperméable, le nourrit et refuse l'argent qu'il lui propose. Afin d'éviter des rafles à Charleroi, il est ensuite conduit à Bruxelles chez un cousin de Mme SPINEAUX à Forest où il reste deux ou trois jours. Il se préparait à rentrer à Charleroi quand Mr et Mme BAUDE arrivent avec un guide pour lui.
Il le conduit au restaurant de l'Escargot d'or à la Rue de la Fourche où ils rencontrent Robert POREYE (fiche B066), qui le conduit en train à Namur. Ils vont à un café près de la gare attendre un autre homme qui l'emmène faire des photos. C'est probablement Jacques TIBERGHIEN. Jules DUBOIS, le bourgmestre de Dhuy, le prend deux jours chez lui. Il rencontre Watson (fiche A032) quand le bourgmestre de Dhuy les emmène chez un baron (Louis de JAMBLINNE de MEUX à Noville) qui les loge deux autres jours, du 18 au 20 juin 42.
Jules DUBOIS vient les y chercher en voiture et les prend à Namur, où ils rencontrent un jeune homme et une jeune femme : Robert NICOLAS de Bayard et sa fiancée Suzanne LAURENT. Ils prennent le train pour Bruxelles et vont à la Cantine Suédoise.
Là, ils vont dans un petit établissement de la Croix-Rouge tenu par le père de "DIDI 2" (Andrée "Nadine" DUMONT. En fait, il s'agit de Jean GREINDL). Elle les guide à une maison où ils dorment quatre jours et leur procure un laisser-passer orange. Le 1er juillet, "Nadine" les conduit en train à Louvain avec un autre pilote de la RAF inconnu (Ce doit être Pack fiche A033, parti à cette même date). Les trois prennent avec elle le train de Paris à 21 heures 30. Là, ils vont à l'Hotel de Luxembourg dans le Quartier Latin, où Frédéric DE JONGH avait une chambre (qu'il abandonnera plus tard pour louer à St-Maur, en Val-de-Marne). Andrée et Frédéric DE JONGH arrivent vers 10 heures, "Nadine" rentre à Bruxelles, et ils vont dans leur maison, où ils voient déjà Angers (fiche A030), Zavodny (fiche A031) et Mac Farlane (fiche A036). MacFarlane part ensuite seul, chez les Coache. Là, ils restent jusqu'au 16 juillet.
A cette date, "Dédée" et une "Elvire" (MORELLE) guident Evans, Angers, Zawodny (fiche A031) et Watson au train vers Saint-Jean-de-Luz, leur ayant fourni des faux papiers. A Bayonne, ils sont rejoints par une autre Elvire (Tante Go) et un homme appelé B (Bee Johnson). La gare de St-Jean-de-Luz est bourrée d'Allemands déchargeant des projecteurs, ce qui permet le passage aisé du contrôle. Le groupe se divise et se reforme chez un certain St VINCENT (Ambrosio SAN VINCENTE). Ils restent là deux jours, nourris par Maritxu ANATOL, et partent le 19 avec "Dédée" et deux guides basques (Manuel ITURRIOZ et Tomás ANABITARTE, précédés de Donato ERRAZTI) vers une ferme à 10 Km. Ils quittent cette ferme (la maison Tomás Ennea chez Françoise HALZUET épouse IRASTORZA, dite Frantxisca) le soir et marchent dans le noir sous la pluie quand deux soldats Allemands (en fait des gendarmes français) surgissent en criant. Evans se cache et se retrouve seul. Un coup de pistolet est tiré et un homme (Watson) est couché par terre, disant "Kamerad" ce à quoi un soldat répond "Camarade". Ils discutent vivement pendant 20 minutes et Evans profite d'une forte averse pour s'enfuir. Le matin, il traverse Urrugne et Hendaye pleins d'Allemands. Il entre dans une église et reçoit 10 francs pour prendre le tram pour retourner à l'hôtel Euskalduna à Saint-Jean-de-Luz. A chaque soldat qu'il croise, il dit "Mauvais temps" et n'est pas inquiété. Il retrouve tout le groupe sauf Watson et Zawodny, qui revient plus tard directement à la ferme. Manuel ITURRIOS se souvient qu'il a lancé des cailloux à la fenêtre de l'hôtel Euskalduna, mais à l'étage où loge des Allemands. Ils se reposent une journée.Le 20 juillet, ils repartent à nouveau, sans Watson, et se rendent sans souci à Oyarzun. "Dédée" les y laisse et revient avec une voiture qui les prend à San Sebastian. Ils y mangent (Bernardo ARACAMA).
Le consulat vient alors les prendre et signale qu'une voiture pour Madrid attend depuis quatre jours. Ils restent quatre jours à Madrid et sont amenés à Gibraltar en ambulance. Il quitte Gibraltar le 18 août.

mot de remerciement


Retour à la liste des personnes évacuées

© Comète Kinship Belgium