Aviateurs alliés passés par Comète via les Pyrénées


N° 240
Section A
IndividuNom/Matricule : Robert Z. GRIMES / O-797521
Naissance/Décès : 1922 Virginie / le 21 avril 2010 à Fort Belvoir
Adresse : 19 Alywin road, Portsmouth, Virginie, USA
Unité : USAF 96 Bomber Group 413 Bomber Squadron
Grade : 1 Lt
Fonction : pilote
Zone d'atterrissage : Meslin l'Evêque (Est de Ath, Hainaut, Belgique)
'Grimes Bob Grimes sur ses faux papiers Comète en 1943
AvionType : Boeing B-17F-BO Flying Fortress (Forteresse Volante)
N° série : 42-30372
Immatriculation/Nom : MZ-P / "Shack Rabbit III"
Abattu le : 20 octobre 1943 par un chasseur allemand FW190 lors d’une mission sur Düren
Localisation : avion écrasé en deux parties la queue à Hensies et la carlingue à Quevaucamps (Entité de Beloeil)
B17 Forteresse Volante
Action de ComèteRéception :
Interrogatoire :
Hébergeurs : CAMUSEL, MENDIARA
Guides nationaux : MACINTOSH, LENNETZ, DUMONT
Guide international : NOTHOMB et ANCIA
Durée : 9 semaines
Passage des Pyrénées : le 24 décembre 1943
Informations complémentaires : Le Missing Air Crew Report relatif à la perte de cet appareil : MACR 1017. Escape & Evasion Report # 361.
L’appareil décolle de la base de Snetterton Heath. A l’approche des côtes du Continent, le sur-compresseur du moteur n° 4 a des ratés et le pilote Bob Grimes doit mettre cette hélice en drapeau. L’avion parvient cependant à rester dans la formation, en dernière position. Le temps est mauvais sur la Belgique et la formation doit prendre de la hauteur pour passer au-dessus des nuages, ce que le « Shack Rabbit III » ne peut faire avec seulement trois moteurs. Au moins six chasseurs allemands Fw190 attaquent alors l’appareil esseulé. Le moteur n° 2 est touché et Grimes, qui a de plus en plus difficile à contrôler l’appareil qui perd davantage d’altitude, donne l’ordre d’évacuer.
Quatre hommes perdront la vie, le copilote 2nd Lt Arthur C. Pickett, l’opérateur radio T/Sgt Frederick W. MacManus, le mitrailleur gauche S/Sgt Jerome C. Nawracaj et le mitrailleur arrière S/Sgt George C. Janser.
Robert Grimes et cinq autres parviendront à s’évader : James Mac Elroy (fiche A183), Robert Metlen (fiche A195), Charles Carlson (fiche D295), Theodore Kellers (fiche C016) et Harold Sheets (fiche A196).
Aidé par Jeanne MACINTOSH de Hal-Lembeek, qui sert d'intermédiaire entre WERY de liège et Aline DUMONT en amenant Grimes chez François HANSSENS à Hal avec Aline DUMONT. Simone GAZET, de Loverval, intervient également. Elie MIROIR le fait conduire, blessé, en voiture par un de ses agents (Mr LENNETZ) chez Aline DUMONT (en fait, chez Hélène CAMUSEL) pour le faire soigner de ses blessures. Jeanne MACINTOSH vient lui rendre deux visites chez Hélène CAMUSEL, où loge Aline DUMONT, au 160 Rue Marie Christine à Laeken. Il y reste 44 jours.
Un livre "The Freedom Line, The Brave Men and Women Who Rescued Allied Airmen From the Nazis During World War II" par Peter EISNER (Harper Collins, 2004) relate l’évasion de Grimes. Blessé à la jambe, une famille de fermiers le recueillit. Hébergé dans différentes maisons, sa blessure rendait toute marche quasi impossible. Soigné par une infirmière, il put remarcher tant bien que mal et fut conduit à Bruxelles.
Là, il fut caché dans une maison avec deux femmes, "Lily" (Aline DUMONT) se chargea de lui amener un médecin chez sa logeuse Hélène CAMUSEL. "Lily" et le médecin le conduisirent à l’hopital, prétextant un mal de gorge. On dut l’opérer sans anesthésie pour extraire la balle qui s’était logée dans son fémur. Grimes conserva cette balle dans sa poche pendant les six semaines qu’il passa à Bruxelles, d’où il partit pour Paris en direction de l’Espagne.
Il loge à Sutar à l'auberge Larre de Jeanne MENDIARA. Le 23 décembre, 10 hommes se préparent à la ferme de Joseph LARRETCHE à Urrugne en vue du passage des vers l'Espagne : les guides basques Manuel et Ramon (ou Martin ERRAZKIN ?) qui remplacent Florentino qui a la grippe, Jean-François NOTHOMB ("Franco"), le Comte Antoine d'URSEL ("Jacques CARTIER"), Albert ANCIA ("Daniel MOUTON") et les quatre aviateurs, Stanford (fiche A239), Horning (fiche A241), Burch (fiche A242) et Grimes.
Trop nombreux, le groupe a des difficultés à passer la Bidassoa en crue. Les agents de la Guardia Civile voient des mouvements et commencent à tirer dans l'obsurité. Le restant du groupe, Stanford, Horning, Grimes et Albert Ancia, est arrêté par des gardes espagnols qui les conduisent à pied à Irun, où on les parque dans un local nauséabond. Exténués, les hommes finissent pas s'endormir et lorsqu'ils se réveillent la veille de Noël, ils constatent que leur "hôtel" comporte d'autres pièces et d'autres prisonniers, civils et militaires (dont un pilote de la Luftwaffe...).
Jouant la corde sensible, et se faisant passer pour un américain aussi, Ancia demande s'ils peuvent aller à la messe en ce jour de Noël. Cette faveur leur est accordée et le lendemain un représentant français de la Croix Rouge vient questionner les quatre hommes puis retourne au Consulat britannique à San Sebastion pour y informer le Consul William Goodman et Michael Creswell à Madrid. Ceux-ci, avisés de la mort de deux hommes lors de la traversée et conscients de l'énervement des Allemands, ne perdent pas de temps et organisent leur délivrance. L'homme de la Croix Rouge est renvoyé sur Irun pour apporter de l'argent aux autorités locales, geste devant entraîner de meilleurs soins aux quatre hommes. Ils sont autorisés à se promener dans la ville et, profitant d'une sortie le 29 décembre, Ancia bluffe leur seul garde et s'enfuit. Les trois aviateurs sont ensuite déplacés vers l'Hotel del Norte, plus confortable, où ils reçoivent la visite d'un membre du Consulat américain, Allison Wanamaker. Wanamaker revient les voir le 10 janvier pour leur annoncer qu'ils quitteront Irun le lendemain. Ils sont donc conduits le 11 jusqu'à Alhama de Aragon où ils logent quelques jours dans un centre de villégiature. Ils sont ensuite conduits jusqu'à Gibraltar où ils sont interrogés avant d'être rapatriés par avion vers l'Angleterre le 29 janvier.

                    
                 pick
                                         Dessin de l'avion "Shack Rabbit III" en vol
Some last written words of the co-pilot, Arthur Picket, who bailed out but landed heavily on the ground, near Beloeil, probably because his parachute was ot clear open.
Quelques derniers mots du co-pilote Arthur Picket, qui sauta de l'avion en perdition mais atterrit trop lourdement, près de Beloeil, et ne survécut pas, probablement parce que son parachute était mal ouvert.



Retour à la liste des personnes évacuées

© Comète Kinship Belgium