Aviateurs alliés passés par Comète via les Pyrénées


N° 068
Section A
IndividuNom/Matricule : Philipp Gustave R. FREBERG / J6659
Naissance/Décès :? / 11 avril 1943
Adresse : 3719 Willingdon Abvenue, New Westminster, British Columbia, Canada
Unité : RAF Bomber Command - 7 Squadron
Grade : P/Off RCAF
Fonction : navigateur
Zone d'atterrissage :Vers Mönchen-Gladbach ? (Rhénanie-Westphalie) ou Maaseik
Ph. Freberg sur ses faux papiers français en 1942
AvionType : Short Stirling Mk. I
N° série : W7630
Immatriculation/Nom : MG-M
Abattu : la nuit du 10 au 11 septembre 1942, par un chasseur allemand lors d’un raid sur Düsseldorf
Localisation : écrasé aux abords du Canal Juliana au sud-est de ECHT, près de Sittard (Limburg hollandais)
Short Stirling du 149 Sqn
Action de ComèteRéception : ligne JAM à Liège
Interrogatoire :
Hébergeurs : FRAIPONT et SALLE, RITSCHDORF, THOMAS, SAN VICENTE, ARACAMA
Guides nationaux : RAISON
Guide international : DE JONGH, JOHNSON
Durée : 3½ semaines
Passage des Pyrénées : le 09 octobre 1942
Informations complémentaires : Rapport d’évasion SPG 935 (complet)
Freberg ne connaît que le pilote, F/Lt Barr. C'est la première mission qu'il effectue avec les autres. Il est le cinquième à sauter, avant Barr et deux autres. Il atterrit près de Düsseldorf (? beaucoup plus à l'Ouest !) un peu avant minuit et cache son parachute dans des buissons. Il marche versl'Ouest jusqu'à l'aube. Il contourne une position de Flak et des usines, puis franchit le réseau pyramidal de barbelés qui ceint la zone industrielle de la Rhur. Il atteint la Meuse vers 07 heures, et la traverse dans une petite barque. Il est alors juste au Nord de Nunhem, en Gueldre néerlandaise. Il dort dans de la paille dans un champ de maïs. Le 12 au matin, le champ est moissonné, mais il n'est pas dérangé. Il repart à 22 heures, quand les champs sont déserts. Il est encore ralenti par de nombreux cyclistes dont il se cache. Il passe en Belgique entre Ittervoort et Kinroy sans voir de frontière. Il se repère à Kinroy et poursuit jusqu'à l'aube à travers champs. Comme il est en Belgique, il se risque à demander de l'eau à un fermier, qui lui donne du lait. Un gamin qui l'identifie comme pilote va chgercher un autre paysan qui parle le français. Il lui demande ses disque d'identité, car il a entendu que les Allemands envoyaient dans la région des "stool pigeons" (moutons, balances). Il le laisse se cacher le 13 dans un silo chez lui, malgré un poste allemand dans la ferme voisine. Le soir, il le fait rentrer et lui explique qu'il a pu contacter une ligne d'évasion, via un officier belge. Freberg rapporte que ses logeurs lui citent des cas où des aviateurs se risquent en plein jour en uniforme.
Ce paysan lui donne des vêtements civils et prend son uniforme. Le soir, deux jeunes hommes le conduisent à vélo chez cet officier, Mr FRAPONT (Adelin DE FRAIPONT de Maaseik), à 8 ou 10 Km de Maaseik, et il y passe la nuit. Le 14, le Dr LAMBRICHT (dont l'épouse est canadienne) vint panser ses deux blessures dues à la Flak et lui donne de nouveaux vêtements. Tard le soir, il le conduit chez Mme SALLE près de Maaseik pour la nuit. Elle le conduit au train vers Tongres où le Dr FRAIPONT est déjà. De Tongres, ils se rendent en train électrique à Liège. Ils rencontrent Mme DOCTEUR-LINDEMANN, la veuve américaine d'un Belge, et vont à la maison de deux femmes "Jenny et Matilda" (les demoiselles RITSCHDORFF au 30 rue de Waroux, refuge de JAM). Elles lui disent qu'un chef de police liégeois avait récemment dénoncé des évadés aux Allemands, et le logent environ dix jours. Une des soeurs va le conduire à la gare d'Ans.
Freberg va alors à Bruxelles avec "Monique" et le Sgt Ledford (fiche A066). Après un repas avec un architecte (DE GROEVE, au 770 chaussée de Gand), il va chez un technicien (M. WARNON) et y passe la nuit. Le lendemain, on le conduit à une église (Square Frère-Orban ?) où il rencontre une jeune fille et "le chef". La fille le conduit chez deux jeunes femmes (dont une est veuve) où il demeure trois jours. Il prend des photos et reçoit sa carte d'identité. Il quitte alors Ledford.
Il quitte Bruxelles le 02 octobre avec Frankowski (fiche A062), Randle (fiche A060) et Mounts (fiche A061). Deux guides les emmènent à Paris. Mr et Mme COACHE les accueillent et il reste environ dix jours dans un magasin (épicerie) au 25 Rue Bapts à Asnières, tenu par Mlle Reine THOMAS.
Le 12 octobre, Jeanine DE GREEF et Elvire MORELLE le guident jusque Saint-Jean-de-Luz, "Tante Go" et "Bee" Johnson (fiche B037) montant à Bayonne. Ils passent une nuit chez un Basque (Ambrosio SAN VICENTE) à Saint-Jean-de-Luz. [il signe le carnet le 08, donc il est parti de Paris le 07 avec les trois autres] Le lendemain, Jeanine les amène à Urrugne et il traverse les Pyrénées avec ces trois autres : Frost (fiche A065), Heap (fiche A067), et Ledford. Ils sont avec un guide basque et Bee JOHNSON (fiche B037). Dans une ferme en Espagne, ils rencontrent "Dédée" et vont à San Sebastian chez un garagiste (Bernardo ARACAMA). Il est pris en voiture à Madrid, où il reste environ 10 jours.
Il quitte Gibraltar le 24 octobre et débarque à Mountbatten le même jour, en avion. Il est interrogé au MI-9 le 25.
Le Flying Officer Freberg fut tué le 11 avril 1943 lors d’une mission de nuit sur Düsseldorf avec le 7 Squadron. Il était à bord du Stirling R9275 (MG-Y) qui s’écrasa à Koerich, à 15km à l’ouest de Luxembourg-Ville. Tous les sept membres d’équipage sont enterrés dans une tombe collective au Cimetière Communal de HOLLERICH (G. D. Luxembourg)

mot de remerciement


Retour à la liste des personnes évacuées

© Comète Kinship Belgium