Aviateurs alliés passés par Comète via les Pyrénées


N° 063
Section A
IndividuNom/Matricule : Leonard Charles "Pip" PIPKIN / 62260 et 59103
Naissance/Décès :En 1912 à Lambeth, Londres / le 30 août 1944, en Angleterre
Adresse : Hamilton Way, Finchley, Londres
Unité : RAF Bomber Command - 103 Squadron
Grade : Fl/Lt
Fonction : Navigateur
Zone d'atterrissage :près de Rumeln en Rhénanie du Nord - Westphalie, à 6 Km du Rhin
Pipkin sur ses faux papiers ComèteLeonard C Pipkin à la fin de la guerre
AvionType : Handley page (English Electric) Halifax Mk. II
N° série : W1219
Immatriculation/Nom : PM-?
Abattu le : nuit du 6 au 7 septembre 1942 lors d’une mission sur Duisburg
Localisation :
Handley Page Halifax
Action de ComèteRéception : Ligne JAM à Liège
Interrogatoire : Mme DOCTEUR-LINDEMANN
Hébergeurs : MOORS, RITSCHDORFF, DE GROEVE, LAJUS, SAN VICENTE, ARMENDARIZ
Guides nationaux : GRANDJEAN, COACHE, LAJUS, DE JONGH
Guide international :
Durée : 3 semaines
Passage des Pyrénées : le 05 octobre 1942
Informations complémentaires : Rapport d'évasion SPG 934
Généralement, les Halifax avaient un équipage de sept hommes. Le W1219 en comportait huit pour cette mission. Comme les allemands avaient trouvé le corps du Sgt Benstead et fait prisonniers six autres membres de l’équipage, ils ne cherchèrent pas davantage, ce qui facilita l’évasion du F/Lt Pipkin.
Pilote : S/Ldr Saxelby, bombardier : Sgt Lamb, radio : Sgt McLean, mécanicien : Sgt Milligan, copilote : Sgt Thompson, mitrailleur arrière : Sgt Benstead, mitrailleur dorsal : F/O Churchward.
Pipkin perd sa chaussure droite juste avant de toucher le sol et la cherche pendant 45 minutes dans l'obscurité. Il cache parachute et Mae-West dans une haie. Il se cache dans des fourrés et ne peut bouger pendant 15 heures : il est à 200 mètres d'un camp allemand. Des sentinelles patrouillent tout autour de lui. Ce n'est qu'après 21 heures qu'il peut suivre une route. Un soldat isolé lui demande ses papiers et Pipkin est gagnant du pugilat qui s'ensuit. Il s'enfuit en courant et doit encore souvent se cacher, même en marchant à travers champs. Il se repose dans un bois le 09 septembre. Il traverse la Niers et atteint Viersen. Le 10 à 05 heures, il est à Reuver, entre Venlo et Roermond, aux Pays-Bas.
Des gens le font rentrer chez eux et lui donnent à manger. Il passe la nuit à cette ferme. Le 11, un prêtre (le curé VULLERS de Venlo, au début du circuit de Gertrude MOORS) lui envoie un guide qui lui fait traverser la Meuse. Deux hommes (16 et 24 ans) l'attendent avec des vélos. Ils roulent jusqu'à une ferme où son passage en Belgique est préparé. Le reste est organisé par un réseau d'évasion de prisonniers de guerre français. C'est la ligne JAM à Liège, qui s'occupe aussi d'agents néerlandais brûlés, et des aviateurs par Gertrude MOORS, depuis début 1942.
Avec deux Français, il suivent des guides jusqu'au Nord de Maestricht. Le 12, une femme le prend en tram vicinal jusque Liège, via Tongres (Gertrude MOORS). Il reste jusqu'au 21 septembre chez deux soeurs d'âge moyen (Jenny et Mathilde RITSCHDORFF au 30 rue de Waroux). Il est visité par une Américaine ayant épousé un Belge (Mme DOCTEUR-LINDEMANN, qui s'occupait des interrogatoires pour JAM) qui le tient informé.
Le 21, il est guidé au 773 chaussée de Gand à Bruxelles chez les DE GROEVE par Thérèse GRANDJEAN et y passe deux nuits ("architecte, Mr DEGROUT"). Du 21 au 28, il reste avec Léon Prévôt (fiche A064).
Il se rend à Paris avec un guide et avec le groupe de Prévôt, Randle (fiche A060) et Frost (fiche A065). A Paris, il est hébergé par Mlle Jeanne LAJUS au 9 Rue Ernest Psichari à Paris VIIe près des Invalides, "une juive de Strasbourg et amie des COACHE (fiche B033)". Cette Jeanne LAJUS, originaire du quartier du Blanc Pignon à Anglet, est en fait la cousine de Jean DASSIE à Bayonne et communique avec lui via le central téléphonique des PTT au 103 Rue de Grenelle. Il y est guidé par les COACHE et Jeanne LAJUS les conduit au train à la gare d'Austerlitz.
Le même groupe, mais avec Mounts (fiche A061), quite Paris le 06 (? ce doit être le 03) octobre avec Frédéric DE JONGH comme guide. A Bayonne, "Dédée" et une autre femme (Janine DE GREEF) montent à bord avec les tickets pour Saint-Jean-de-Luz. Ils restèrent une nuit chez un Basque (Ambrosio SAN VICENTE). Le lendemain, "Dédée" et un guide basque (Florentino) les guident en Espagne. Il passe deux nuits à San Sebastian chez Federico ARMENDARIZ et part à Madrid. Il y reste 10 jours.
Il quitte Gibraltar le 24 octobre 1942 et arrive à Mountbatten le 24. Il est interrogé le 25 et le 26.
L. C. Pipkin, devenu Squadron Leader (de Réserve), a été tué le 30 août 1944 dans un accident de chasse et est enterré au Hendon Cemetery. Voir ce lien (www.cwgc.org). La photo de droite a été fournie par sa nièce Petra à John Clinch, qui identifie également Len Pipkin sur ses faux papiers.

mot de remerciement


Retour à la liste des personnes évacuées

© Comète Kinship Belgium