Aviateurs alliés passés par Comète via les Pyrénées


N° 073
Section A
IndividuNom/Matricule : Rupert J. FULLER / T 50209
Naissance/Décès :
Adresse : Heatherbrae Lodge, Liss, Hampshire, Angleterre
Unité : 5th Bat. The Royal Sussex Regiment
Grade : Capt
Fonction : instituteur en temps de paix, évadé de l'Oflag VIb de Warburg
Rupert Fuller sur ses faux papiers Comète en 1942
Action de ComèteRéception : Ligne JAM à Liège
Interrogatoire :
Hébergeurs : LIEGEOIS et WARNON
Guides nationaux : RITSCHDORFF, GOETHALS, INGELS
Guide international : E et G d'OULTREMONT, DE JONGH, NOTHOMB, JOHNSON
Durée :
Passage des Pyrénées : le 23 octobre 1942
insigne régimentaire
Informations complémentaires : Rapport d'évasion SPG 976 (incomplet)
Il est capturé le 29 mai 1940 à Poperinghe, en Belgique. Par marches en suivant de petites routes, il atteint Aachen (Aix-la-Chapelle). Il part en train à Merpen, puis à Dortmund, et finalement à l'Oflag VIIc à Laufen le 19 juin.
Fuller, Coombe-Tennant et Arkwright arrivent à l'Oflag VIb de Dössel, près de Warburg, le 13 octobre 1941. Le plan d'évasion du 30 août consistait à court-circuiter les lumières et phares périphériques pendant trente minutes. Le 30 août 1942, cela se produit à 22 heures et demi. Une équipe de diversion attire l'attention des gardes pendant que quatre équipes posent des échelles et des passerelles entre les réseaux de barbelés. Arkwright (fiche A075) place l'échelle et la passerelle de son équipe : Coombe-Tennant (fiche A074) et Fuller, Capt Corfield (RA), Capt Toms (Warwickshire Regt), Capt Oldham (KOYLI), Cpt Hunt (RTR), Cdr Quill (FAA), Lt Haranan (FAA), Capt Symonds, Northampton Regt) et Capt Heisch (RSF). Chacun est en uniforme et porte six kilos de provisions (chocolat, fromage, porridge, raisins biscuits, lait en poudre, viande. 20 à 30 prisonniers passent ainsi à l'extérieur. Ils restent ensemble et courent dans un champ de betteraves sucrières au Nord-Ouest. Ils traversent la route de Hohenwepel, un chemin de fer, et arrivent à Willebadessen devant le Teutoburger Wald. Ils continuent au Nord dans les bois et parviennent à Schwaney. Le 02 septembre, ils arrivent à Altenbeken, et le 03 à Berlebeck. Ils traversent le camp de Sennelager le 04 et arrivent Paderborn le 05. Le 06, ils sont à Bielefeld, et le 07 à Halle. Ils se reposent deux jours à Dören. Le 10, ils atteignent Lengerich et Riesenbeck le 11. Le 14 septembre, ils arrivent aux Pays-Bas près de Denekamp.
Un fermier les laisse dormir dans une grange et leur donne du pain et du lait. 60 prisonniers français passent chaque semaine par cet endroit, en suivant la filière de Gertrude MOORS et de la ligne JAM. Le 16, des visiteurs leur expliquent qu'il est difficile de regagner l'Angleterre et qu'ils risquent gros à les aider. Ils reçoivent beaucoup de nourriture et des médicaments pour Arkwright, qui est malade. Ils restent neuf jours dans cette grange. Un Néerlandais qui passe des Français les conduit en voiture à Rossum, au Nord de Oldenzaal, en fin de mois. De là, leur évasion est organisée et ils reçoivent des vêtements civils.
Ils logent d'abord en Belgique dans une ferme de Tongerloo. De là, ils vont chez Mme GROENEN et se rendent à Maaseik chez Mlle SALLE en vélo. Ils tombent ainsi dans le service de Gertrude MOORS de Dilsen.
Grâce à JAM, les demoiselles Jeannine et Mathilda RITSCHDORFF, du 30 rue de Waroux, les guident de Liège à Bruxelles le 10 octobre 1943, et les déposent au Boulevard Général Jacques. Là, ils sont pris en charge par le docteur Antoine GOETHALS du 34 Rue de la Vallée à Ixelles, qui les remet à Albert GREINDL (fiche B034).
Ils sont ensuite conduits chez les Elisabeth LIEGEOIS et FERAILLE au 16 Rue Vanderhoeven à Saint-Josse par Jean INGELS.
Il est conduit avec les autres jusque Paris, par Jean Greindl, Georges et son cousin Edouard d'Oultremont. (ref. lettre du Major A.H.S. Coombe-Tennant au Baron Paul Greindl, père de Jean, Londres 11 mai 1948).
Fuller, en ayant traversé la Belgique et en arrivant un peu avant Lille, est interrogé à la frontière. Les autres passent. Il joue le parfait idiot et breduille les quelques mots de français qu'il a appris. Il répète sa fausse adresse, inscrite sur son passeport et le nom de sa femme présumée. Il est relâché.
Ce devrait être la seconde traversée vers l'Espagne de Jean-François NOTHOMB, avec Andrée DE JONGH et Bee JOHNSON (fiche B037).

mot de remerciement


Retour à la liste des personnes évacuées

© Comète Kinship Belgium