Autres personnes passées par Comète via les Pyrénées


N° 075
Section B
IndividuNom : Henriette Lucie HANOTTE
Naissance/Décès : Sépéau-Béon, Yonne, France le 10 août 1920
Adresse : 25 Place de la Gare, Rumes
Activité en mai 40 :
Rôle : guide international et long parcours Comète
Pseudonymes/Noms de guerre : "Monique" et "Marie"
Zone d'activité : passeuse sur la frontière belgo-française à Rumes, Hertain, Erquennes. Guide entre Bruxelles, Paris, et jusqu'à Bordeaux parfois.
'Monique' en 1944
Unité ou réseau rejointGenre :
Tutelle : Sûreté de l'Etat
Mission/Unité : Lt ATS (Auxilliary Territorial Service - Special Forces)
Pseudonymes/Noms de guerre :
Parachuté/infiltré le :
Localisation :

Action de ComèteRéception/Interrogatoire :
Hébergeurs :
Guides nationaux :
Guide international : FLORENTINO
Durée :
Passage des Pyrénées : le 11 mai 1944
Informations complémentaires : Dossier Archives Notariales Défense 003.248.787
Fille d'un hôtelier gérant une agence en douane résidant à Rumes qui avait épousé une Française, elle conduit dès 1940 deux soldats britanniques à Lille.
Les aviateus étaient amenés de Bruxelles jusqu'à Tournai, puis passaient une partie de nuit chez les Hanotte dont la mère leur vidait les poches et décousait tout ce qui pouvait porter à risque, leur donnait un bon dîner et leur donnait une nouvelle carte d'identité. C'est comme ça que 'Monique' possède une photo de ses aviateurs passés par là. Elle organise entre Rumes et Bachy trois "passages" , se faisant aider tour à tour par les douaniers Maurice BRICOUT et Alberic HOUDART (qui lui donnent leurs horaires de gardien) et convoie plus de 50 aviateurs jusque Paris après le passage de frontière à travers champs, fils barbelés, et puis le bus et le petit train jusqu'au train de Lille-Paris.
Tant qu'elle habitait à Rumes et travaillait à partir de là pour "Comète", elle n'a jamais déposé d'aviateurs chez Bricout. En fait, la route qu'elle empruntait passait devant la maison de Rachel et Maurice Bricout, où elle s'arrêtait pour prendre des renseignements (horaires - disponibilités) pour le prochain passage. La maison de Alberic Houdart où elle allait aussi chercher des renseignements pour son prochain passage (très discrètement toujours) était un peu plus loin. Ce n'est que lorsqu'elle a été obligée de partir et de gagner la Grande-Bretagne et que "Comète" s'est arrêté dans cette région que la Résistance (dont M. Bricout faisait partie) a pris les aviateurs en charge (dont Carlson et Elwell). Les aviateurs qui par exemple avaient été déposés chez les soeurs HOËL et à qui la mère de Monique Hanotte allait apporter de la nourriture etc ..., ils furent alors hébergés chez les Bricout, aussi parce que les soeurs HOËL ne se sentaient plus en sécurité.
Elle fait aussi passer la frontière à plus ou moins 40 aviateurs à partir de Mons, vers Hertain-Camphin (s'arrêtant chez le Dr DRUART), ou vers Erquennes (s'arrêtant chez Georgette DIEU et le douanier François  BOURLARD).
Elle sert à la liaison entre Bruxelles et Paris et un peu entre Paris et Bordeaux quand ils n'ont pas trouvé d'autre guide à partir de Paris.
Quand elle revient de mission, elle va régulièrement apporter du courrier (qu'elle n'ouvre jamais) jusqu'au restaurant "L'Escargot d'Or", près de la rue des Bouchers à Bruxelles, qui est  un peu sa "boite-aux -lettres".
Quand elle revient et arrivée à Lille, elle rate la correspondance du transport jusque Rumes, le Capitaine des douanes là-bas, Henri Sotmont lui offre un logement de fortune.
Elle précise bien que quand elle prend un "colis" en charge, c'est pour l'amener jusqu'à la destination de Paris après lui avoir fait passer la frontière. Elle n'a jamais guidé un homme sur seulement une partie de ce trajet (soit le passage de la frontière uniquement), cela n'existait pas, dit-elle bien à Brigitte d'Oultremont qui la questionne.
Lorsqu'elle tombe malade, pendant à peu près 15 jours, elle se fait remplacer ou accompagnée, soit par Odile de Vasselot, Française, (deux fois) et  soit par Amanda 'Diane' Stassart (dite Mouchka plus tard), une Belge vivant à Paris.
Elle quitte Paris avec Aline DUMONT en mai 44 après l'affaire Desoubrie-Boulain.
Elle passe les Pyrénées par la Bidassoa avec Florentino, qui la guide tout comme Michou et deux américains.
Elle retrouve à Madrid Elvire De Greef et ses deux enfants, Janine et Freddy, qui y arrivent début juin. (Les deux enfants vont continuer leur évasion jusqu'à Londres) tandis qu'Elvire revient à Anglet (France).
Après son évasion via l'Espagne, elle devient sous-lieutenant ATS (Auxilliary Territorial Service - Special Forces), et suit l'entraînement parachutiste en Angleterre et s'y fracture le péroné lors de l'entraînement. Elle est hospitalisée à Saint-Thomas à Londres. Elle ne sera donc pas parachutée dans les Ardennes belges et elle rate les évènements de la Libération et la remontée des Champs-Elysées par De Gaulle !
Adjudant ARA du 01 novembre 1943 au 31 août 1944.



Madrid en juin 1944
A Madrid en juin 1944. De gauche à droite : Henriette Hanotte, Jeanine De Greef, Aline "Michou" Dumon, Consuelo et Elvire De Greef.



hanot

La famille Hanotte : 'Monique'-sa Gd-Mère-son frère
sa mère-son père




Retour à la liste des personnes évacuées

ho

© Comète Kinship Belgium