Aviateurs alliés capturés de Comète


N° 106
Section C
IndividuNom/Matricule : Ernest Lawrence SOUTER-SMITH /126710
Naissance/Décès : le 09 mars 1911 à Hull, Angleterre / en 1973, Australie
Adresse : 125 Chelmsford Avenue ou 27 Isaacs Hill, Cleethorpes, Great Grimsby, Lincolnshire, Angleterre
Unité : RAF Bomber Command 76 Squadron
Grade : Fl/Off
Fonction : navigateur
Zone d'atterrissage : en province d'Anvers
Souter-Smith sur sa fiche EVA
AvionType : English Electric Halifax Mk.II
N° série : DT556
Immatriculation/Nom : MP-U
Abattu : la nuit du 01 au 02 mars 1943, abattu par un chasseur de nuit au retour de la mission sur Berlin
Localisation : écrasé à 00h13 le 2 mars entre Kasterlee et Turnhout, Province d’Anvers, Belgique
Handley Page Halifax
Action de ComèteRéception : EVA
Interrogatoire :
Hébergeurs : CLAES, MAUHIN, DEFISE, DUCHEMIN, DEMONCEAU, HELLEMANS, JOSSE, PORTZENHEIM, DELVAUX, DEWAET
Guides nationaux : DUBOIS, CLAES, MAUHIN, DALECHAMPS, BOLS, BREINIG, HELLEMANS
Guide international : VAN DAEL
Durée : 2 mois
Arrêté : Interné en Suisse le 26 mai 1943
Informations complémentaires : Il est le seul survivant de l'explosion de son appareil. Il porte un costume civil sous son uniforme et erre dans les bois. Il rencontre une femme âgée qui lui dit de rester caché. Trois heures plus tard, ses fils reviennent. Ils lui donnent une paire de sabots et l'installent dans une étable. Le lendemain, il part à Aarschot et cherche des souliers.
Le 03 mars 43 vers 16 heures, Souter-Smith rentre chez le cordonnier Eugène DUBOIS. Il est alors conduit chez Joseph CLAES, agent de Marc VN/XV-405, au commissariat de police de Aarschot. Il dort un peu et CLAES le conduit en vélo vers minuit à Lubbeek, avec un ami qui les couvre.
A Lubbeek, il est repris par Jean MAUHIN, qui le questionne. Il y reste jusqu'au 05 mars au matin. MAUHIN le conduit alors en tramway à Louvain. Dans un café, Souter-Smith est remis à Robert DALECHAMPS, qui le guide illico à Bruxelles en tram. Ils se rendent au café de l'Univers, Boulevard du Midi, chez René LAPON. Gertrude "Gerty" BOLS les y attendait.
Elle le guide chez M. DEFISE au 31 Boulevard de Dixmude. C'est là qu'il reste jusqu'au 07 mars, rencontrant André BREINIG qui habite à cette adresse. Ce denier le conduit dans un café de la Place aux Poissons et le remet à un Bob, chez qui il reste une nuit. Le lendemain, ils rencontrent un "Joseph" au Bon Marché et rentrent. André BREINIG le reconduit alors chez Raoul DEFISE. Il y reste jusqu'au 10 mars et BREINIG le mène alors chez les sœurs Marcelle et Renée DUCHEMIN au 80 Rue Jean-Baptiste Colyns à Ixelles, qui le logent. Le 13 mars, Raoul DEFISE le conduit chez Marcel DEMONCEAU, au 45 Rue Camille Lemonnier (sic) à Ixelles. Il y reste 10 jours. Il va voir un médecin avec Rita BONJEAN, son épouse, suite à des maux dans son cou. Il vont encore une fois à Waterloo.
Souter-Smith dit alors que Paul HELLEMANS est venu le voir le 20 mars, en compagnie de Jean PORTZENHEIM.
Souter-Smith est bien recueilli le 20 mars 1943 par Paul HELLEMANS, agent du sous-secteur UZH de Portemine, qui le sait hébergé depuis le 10 mars par Marcel DEMONCEAU, un membre des "Partisans Armés" au 145 Rue de Washington à Ixelles.
Souther-Smith dit qu'il reste chez lui, au 13 Rue Stévin, quelques jours. Il va ensuite passer quelques nuits chez M. JOSSE au 30 Rue de la Commune et chez Jean PORTZENHEIM> (45 Boulevard de Smet de Naeyer à Jette-Saint-Pierre). Il va également chez une Mme DEWAET, mais c'est Paul HELLEMANS qui règle tout.
Dans son récit, HELLEMANS et son épouse Marie VANDERBEKEN confirment loger Souter-Smith trois jours chez eux au 13 Rue Stévin avant de le remettre à Georges DELVAUX et son épouse Marthe ALEXANDRE pour 8 jours. Il loge donc 50 Drève Richelle à Waterloo. Un rapport EVA dit que HELLEMANS le confie pour dix jours le 31 mars 43 à Mme DEWAET née MENTIN, veuve d'un colonel au 6 Rue Ferdinand Lenoir à Jette-Saint-Pierre.
Souter-Smith déclare avoir été visité chez JOSSE par M. CANOOT, chef d'une ligne d'évasion (les Trois Mousquetaires, qui est en fait un sous-réseau de renseignement), qui vient deux fois arranger son départ.
Il sera transféré de Dilbeek au 30 Rue Saint-Alphonse à Saint-Josse. En fait, sur base d’un rapport favorable d’Alphonse ESCRINIER (fiche B073), chef du sous-secteur UZH et membre du Front de l’Indépendance Schaerbeekois, René ROOVERS, chef du Réseau Portemine, décide de supporter les frais de son hébergement. André DUCHESNE va reproduire des photos que Souter-Smith possède pour ses faux papiers le 10 mai. Ce n'est évidemment pas la photo qui sera conservée sur sa fiche, et qui est visible ci-dessus.
Selon les archives de EVA, Souter-Smith loge ensuite dix nuits chez Marcel et Jeannette JOSSE-BARE au 30 Rue de la Commune à St-Josse jusqu'au 16 mai, en passant ses journées chez les HELLEMANS.
CANOOT intervient pour faire évacuer Souter-Smith le 16 mai 1943 vers la Suisse neutre où cet aviateur restera interné, via un membre de la RAF en mission spéciale : Marcel VAN DAEL.
Marcel Van Dael (fiche B004) part de Belgique avec le Fl/Off Souter-Smith le 16 mai 1943. Ils partent de la gare du Nord et passent par Tournai chez DUDANS, où ils passent la nuit. Le lendemain, une fille leur apporte deux vélos et leur explique comment passer la frontière. Le 17 à midi précis, ils s'y présentent et on les laisse passer sans aucune difficulté. Ils rendent les vélos à cette jeune fille. Ensuite Roubaix, Paris, Belfort (Mr BARBIER, Route de Sevenas à Ganjontin-près-Belfort), et Meslière vers la Suisse. Ils y arrivent le 25 mai. Il est interné à Porrentriz du 26 au 29, puis interné du 29 mai au 18 décembre 1943 à Berne.
Le 22 mars 1949, Souter-Smith est entendu à la Sûreté de l'Etat par l'inspecteur Jules Mertens et y laisse sa déposition. Il est alors industriel au Lincolnshire.
On rapporte que Souter-Smith est parti vivre en Australie après la guerre et qu’il y est mort en 1973 dans un accident de la route.

Retour à la liste des personnes évacuées

© Comète Kinship Belgium